PARLEMENT: feuille de route pour un siège unique

Bruxelles, 23/10/2104 (Agence Europe)

Les députés européens ont réclamé, mercredi 22 octobre à Strasbourg, la mise en place « immédiatement » d'une feuille de route pour un siège unique pour le Parlement européen. « Pour générer des économies durables dans le budget de l'Union, le Parlement et le Conseil doivent impérativement établir une feuille de route pour un siège unique, dont la nécessité a été soulignée par le Parlement dans plusieurs de ses résolutions antérieures », précise le paragraphe adopté avec 511 voix pour, 124 contre et 54 abstentions. Ce paragraphe est inscrit dans le rapport sur le projet de budget général de l'Union européenne pour l'exercice 2015.
Nouvelle campagne pour un siège unique
Parallèlement, mercredi 22 octobre, un groupe de députés européens a lancé sa campagne en faveur d'un siège unique pour le Parlement européen. Ce groupe entend par siège unique un siège à Bruxelles. Le groupe est « maintenant plus que jamais inter-partis, pro-dialogue, inter-national, pro-démocratie et l'initiative est pro-européenne », a expliqué la présidente de la campagne pour le siège unique, Anna Maria Corazza Bildt (PPE, suédoise). L'Italienne Pina Picierno (S&D), le Britannique Ashley Fox (CRE), l'Espagnole Beatriz Becerra (ADLE), le Néerlandais Dennis de Jong (GUE/NGL) et l'Autrichienne Ulrike Lunacek (Verts/ALE) ont été élus vice-présidents. « Notre objectif est d'utiliser notre droit d'initiative pour modifier les traités européens, pour que le Parlement se prononce sur son siège », a souligné Mme Corazza Bildt. Il faut une unanimité des États membres pour réviser les traités. Mme Corraza Bildt a rappelé qu'il ne s'agissait « pas d'une campagne contre Strasbourg », mais contre « le gaspillage » et pour « l'efficacité ». Le groupe précise qu'un rapport de la Cour des comptes de l'UE estime que les économies seraient de 114 millions d'euros par an s'il n'y avait qu'un seul siège.
Anne Sander (PPE, française) a rappelé qu'il y avait « déjà un seul et unique siège du Parlement européen, celui de Strasbourg » « Ces dernières années, les initiatives se sont multipliées contre Strasbourg de la part de députés de plus en plus nombreux et vindicatifs. La France doit réagir et défendre le siège historique du Parlement », a-t-elle ajouté. La France s'est toujours opposée à la disparition du siège de Strasbourg. (CG)

Dans la presse

Recevoir ma newsletter

Politique de confidentialité."/> En renseignant votre adresse mail, vous acceptez de recevoir notre newsletter par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité.